27.7 C
Saint-Louis
dimanche 25 Juil 2021
Image default
Santé

Santé: Notre alimentation, un ticket pour le cimetière !

’espérance de vie des Sénégalais risque de prendre un  coup dans l’estomac si l’on en juge par les propos des professeurs et docteurs en médecine à l’occasion du « Forum prospectives alimentaires du Sénégal, à l’horizon 2035 » organisé du 22 au 23 juin à Dakar par le Secrétariat exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire (SE-CNSA)

SANTE – Les cimetières sont gavés de gens qui mangeaient trop. La remarque irrespectueuse, cynique à la limite, s’alarmerait d’autant que les rayons de supermarchés emplis de produits loin d’être bio embellissent les assiettes des nantis rivalisant de sucrerie, d’embonpoint, d’épouses rondelettes à la clair de lune et non moins en pleine guerre de polygamie.

Nous avons dans assiettes et nos verres, tout ce qu’il faut pour servir un cocktail mortel à des vies dorées et pourtant paradoxalement exposées à une fin accouchée par la surabondance.

Les Pr Kassé, cancérologue, Ousmane Ndiaye (pédiatre), Abdou Niang (néphrologue), Abdoulaye Lèye (diabétologue, endocrinologue) Serigne Oumar Sarr (Labo bromatologie) ne passent pas par quatre chemins pour dire à L’Observateur ce qu’ils pensent de nos habitudes culinaires.

Leurs propos sonnent d’autant l’alerte que le développement auquel nous aspirons tous, contribuera davantage à de nouvelles affections métaboliques, à un surcoût de la santé publique du fait du nombre croissant des maladies dues à une alimentation inadéquate.

« Il est particulièrement important de se projeter dans le futur pour anticiper sur les maladies à venir », dit le Pr Lèye, selon lequel l’augmentation remarquée des cas de diabète, d’hypertension, d’hypercholestérolémie, est due en grande partie à notre mode alimentaire. Voilà donc l’Etat averti.

« Maintenant que les maladies infectieuses sont vaincues, nous allons être submergés par ces maladies non transmissibles au premier rang desquels, il y aura des maladies métaboliques comme le diabète, l’obésité, l’augmentation des taux de cholestérol, du système métabolique de façon générale. »

Le Pr Lèye, sans appel, prévient : « La prévention de la survenue de ces affections passe par en grande partie par l’alimentation et l’activité physique, pour ne pas dire essentiellement ».

« Trop sucrée », « trop grasse », « trop salée », notre alimentation favorise le diabète, l’hypertension artérielle. Des maladies dites chroniques aussi qui évoluent ensemble.

Mais le pire est de savoir que l’Afrique,, qui s’est éloignée de ses habitudes culinaires est attendue au tournant par le démon qu’est le cancer, devenu la première cause de mortalité au Sénégal après l’âge de 40 ans.

A ce sujet, Abdoul Aziz Kassé, président du Centre international de cancérologie de Dakar est glaçant : « Pendant très longtemps, on a cru que le cancer n’était pas une priorité dans la lutte contre les maladies au Sénégal. On s’est aperçu qu’en plus des maladies transmissibles, des maladies infectieuses, il y avait un groupe de maladies non transmissible dont le cancer ».

« Le Cancer à lui seul représente la première cause de décès après l’âge de 40 ans au Sénégal ».

S’il n’y a pas de causes exactes du cancer, il y a par contre des facteurs qui le favorisent et l’alimentation en est un.

« Parmi les facteurs qui causent le cancer, il y en a un de très bien connu, c’est l’alimentation » qui représente « 31% des facteurs de risques de cancer ».

La santé, tout comme la vie, sourit en fait à ceux qui n’exagèrent en rien. Se contentant d’une nutrition et d’une alimentation saines, ces chanceux ou ces cartésiens de l’alimentation ont plus de chance de ne pas développer le diabète, l’hypercholestérolémie, la maladies rénale, l’hypertension artérielle, le cancer.

La sensibilisation de la population à propos de son alimentation s’impose, disent avec force professeurs et docteurs en médecine, ce qui s’entend quand on sait tous que développement rime avec santé et qu’un peuple en bonne santé est un peuple productif.

Maderpost

Related posts

Santé/Nutrition : Bientôt de lourdes taxes sur les brouillons

Wallu Ndar

Hôpital de St- Louis : L’entreprise BP prend le dossier en main

Wallu Ndar

Covid 19- St Louis : Plus de 300 cas suivis à domicile, 176 guéris et 68 décès

Wallu Ndar

Faire un commentaire