27.8 C
Saint-Louis
dimanche 25 Sep 2022
Image default
Société

Les conséquences de l’immigration clandestine


Les conséquences de l’immigration clandestine sont diverses selon qu’il s’agisse des pays d’origine ou des pays d’accueil des immigrants. Dans une certaine mesure l’immigration ne peut être bénéfique que si elle contribue au comblement de déficit observé dans un domaine ou dans un autre. Elle n’est pas désirée quand elle se constitue en une charge sociale et contribue à la montée de l’insécurité.

Ils et elles n’ont plus rien à perdre : retourner au pays c’est décevoir la famille qui les a envoyés, se retrouver condamné(e)s à un mariage forcé, à l’excision de leurs filles, à la répression, à la misère.

La présence des immigrants africains en occident est à la fois un gain, une menace et une charge. Elle se constituerait en une main d’oeuvre à la production, si elle est bien intégrée. C’est à ce niveau qu’apparaissent une certaine discrimination entre le traitement des dossiers irréguliers venant de l’Afrique subsaharienne et leurs homologues venant des autres régions du monde. Le nombre croissant des personnes en situation irrégulière sans emploi, associé à celui de leur progéniture, présente une menace pour la sécurité en occident. La crainte est que ces personnes, en guise de pouvoir gagner la vie peuvent se livrer facilement aux antivaleurs comme le trafic de la drogue, le vol, le réseau de faire entre les immigrants irréguliers, etc. Les dépenses sociales qu’occasionne souvent ce mouvement des immigrants constituent une charge indésirable pour les pays occidentaux.

La plupart des immigrants clandestins intellectuels en occident se retrouvent dans des situations irrégulières les empêchant ainsi de réaliser leur rêve. Cette position sociale pousse bon nombre d’entre eux à s’adonner aux travaux de basses classes par rapport à leur potentiel savoir. Néanmoins ces travaux leur permettent de nouer les deux bouts du mois et d’épargner quelque chose pour la grande famille restée en Afrique, chose difficilement réalisable en étant sur le continent.

Il est à signaler que pour une famille africaine avoir un de ses membres en Occident revient à avoir une source de financement du social. La présence croissante des maisons de transfert des fonds dans la région en est une preuve éloquente. Elle se constitue en une porte d’entrée de devises étrangère. Cette source instable de financement du social est beaucoup plus favorable à la subsistance qu’à l’existence. La fuite des cerveaux constitue pour les pays africains une conséquence négative. Elle occasionne un manque considérable des cadres qui pouvaient se mettre au service du développement conduisant à l’existence d’un monde meilleur pour tous, de même ses inconvénients se manifestent au niveau de la désorganisation du tissu économique dans les régions qui organisent une forte émigration sans oublier la perte de personnes jeunes, motivées à la tâche qu’on peut exploiter.

Ces effets négatifs de l’émigration clandestine ne se limitent pas seulement à ce degré car selon quelques auteurs occidentaux, perfides en leurs opinions, la présence des émigrants (même en situation légale) constitue une atteinte à l’identité nationale ,il s’agit en fait d une crainte d une couche sociale vivant dans les périphéries urbaines et donc , éventuellement occupée par les problèmes de la vie sociale quotidienne qui concernent surtout : la précarité , le chômage…

Cette vision aussi raciste qu’elle pourrait l’être va encore plus loin et considère que les émigrants volent le pain de la bouche des nationaux.

Cet argument, certes, ne correspond pas à la réalité parce que souvent les immigrés sont mal payés et acceptent des travaux pénibles, celles qui déplaisent, voire même, qui dégoûtent les nationaux, le cas échéant : secteurs de bâtiments, agricoles….

Comme il est tout à fait logique que les causes de l’émigration ont donné lieu à des conséquences, qui varient entre des avantages et des inconvénients , il est aussi valable de déduire que ses conséquences négatives ont , certes, donné lieu à des mesures prises par les Etas ,les plus ciblés par ces mouvements migratoires, dont le but est surtout la gestion de ce phénomène de manière judicieuse où la rationalité et l’équité de ces décisions vont surtout à leur profit des Etas alors qu’ils refusent d’avouer que l’émigration, même clandestine , n’est pas un jeu à somme nulle en ce sens que l’un gagne tout et l’autre perd le tout.(voir cours de M. zouitni).

Face à ces mouvements migratoires, l’ensemble des Etats d’accueils se sont retrouvés obligés de prendre quelques mesures en vue de diminuer le nombre qui ne cesse d’accroitre des immigrés.

Ces réformes successives ont un objectif quasi exclusif : diminuer l’attractivité du pays d’accueil par l’abaissement des droits des migrants

Youssef Nour

Related posts

Sokhna Nafissatou DIOP primée meilleure Ndéyu Daara du Sénègal

Wallu Ndar

Saint-Louis – Insertion des Jeunes : Remarquable, la contribution de Diapalanté (vidéo)

Wallu Ndar

Officiel : Réhabilitation du pont de Guet NDAR Moustaph Malick Gaye (Documents)

Wallu Ndar

Faire un commentaire