17.3 C
Saint-Louis
mardi 31 Jan 2023
Image default
Société

Il faut ignorer ceux qui insultent sur les réseaux sociaux, déclare Mary Teuw Niane

Réseaux sociaux : l’art de discuter

Discuter est un art !

Cependant, il y a des personnes qui enseignent comment tenir une discussion et même comment en tirer avantage.

C’est comme en football. Il y a les écoles de football et il y a des génies comme Mister Weah, Samuel Éto fils, El Hadj Diouf, Sadio Mané, Pelé, Maradona, Cruyff, etc.

Nous constatons que dans les réseaux sociaux beaucoup de jeunes ne savent pas démarrer une discussion. Ils agressent, affabulent et même certains insultent.

La première réaction serait de les ignorer.

Je me suis rendu compte au fur et à mesure que les années passent qu’il y a un vrai problème de formation à la prise de parole en public, une insuffisance de vocabulaire chez certains et une vraie incapacité à formuler une question ou une opinion chez d’autres.

En définitive un vrai problème de langage.

Je me demande est-ce que les professeurs de français, de langues de manière générale, d’histoire, de géographie, etc., organisent fréquemment des exposés en classe dans lesquels les élèves prennent la parole devant leurs camarades et répondent à leurs questions.

À ceux qui vous agressent ou qui affabulent en posant une question ou en commentant votre post, il suffit de leur répondre avec toute l’élégance que dicte la sagesse africaine pour se rendre compte qu’ils reviennent à de meilleurs sentiments. Ils redressent petit à petit leurs manières d’écrire, deviennent courtois, humbles. Ils méritent notre attention.

Évidemment, je ne parle pas des faux comptes qui viennent juste vous jeter l’anathème et disparaître à jamais.

Il y a celles et ceux qui insultent. Ce sont celles et ceux dont parle le célèbre écrivain italien Umberto Ecco, auteur du best-seller « le nom de la rose ». Il dit: « les réseaux sociaux ont donné le droit à la parole à des légions d’imbéciles qui avant ne parlaient qu’au bar et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite. Aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel ». Pour ceux-là, il faut faire comme dans les époques précédentes, les faire taire en les excluant de votre mur, en les bloquant. Comme cela ils ne pollueront plus votre arbre à palabre virtuel.

Les coach, les professeurs de la prise de parole en public et surtout les psychologues ont beaucoup de travail face à la dégradation de l’élégance, de la décence, de la bonne foi, de la qualité de l’expression dans les réseaux sociaux.

En fait, je me rend compte que ce mal touche de plus en plus les conférences, les panels, les tables rondes, etc. Nous voyons des intervenants, pensant être plus européens que les européens, démarrer leurs interventions sans les salutations d’usages. Ce sont de vrais complexés qui méprisent leurs valeurs au profit de contre valeurs importées.

N’oublions jamais, dans les réseaux sociaux, dans l’espace public, ici au Sénégal ou à l’étranger que nous sommes des Sénégalaises et des Sénégalais donc imbus de nos valeurs cardinales africaines, yar ak teggin, musulmans ou chrétiens donc drapés de l’interdiction suprême d’offenser son prochain.

Retenons surtout la sage sentence de l’adage wolof:

« wax ju ñaaw dëkkul fa mu jëm, fa mu jòge la cosaanoo »

« la parole malsaine n’atteint pas son destinataire, elle caractérise la personne qui la prononce ».

Je vous souhaite une excellente journée dominicale sous la protection divine.

Related posts

Ablaye Teuw rend hommage à son Maître Alioune Badara Cissé ( 1 an déjà)

Wallu Ndar

Projet « YOBBALOU DEPUTE »:Un atelier prévu ce Mardi par le Forum civil en partenariat avec Africa Jom Center et Oxfam

Wallu Ndar

Aucune raison de hausser les prix ,le peuple est fatigué ; dixit Zahir Fall

Wallu Ndar

Faire un commentaire