Image default
Société

Lettre d’un disciple à son maître spirituel

Digne fils spirituel du « marabout des marabouts », qui le consacra, Serigne El Hadj Madior Cissé (qu’Allah soit Satisfait de lui) a merveilleusement enfilé les joyaux précieux de l’islam auprès de son illustre Maître Serigne Babacar SY (qu’Allah soit Satisfait de lui) pour s’élever, avec une bien rare réussite, dans la voie sublime de la Tidjania et atteindre un degré de mysticisme vénérable.

Très cher Père, honorable Guide ! Par votre savoir et votre érudition, vous avez conquis le monde. Votre maitrise remarquable du Coran, adossée sur votre sens admirable de l’équité et de la responsabilité, vous a donné l’autorité requise pour réunir autour de votre charismatique personnalité des musulmans d’origines diverses. Du coup, vous avez fini de verser dans le riche patrimoine saint-louisien une contribution de taille au renforcement de ce foyer religieux par excellence que constitue si heureusement notre chère ville. Mieux, au-delà de Saint-Louis, du Sénégal, votre œuvre s’est étendue sur toute la Ummah qui vous en sera, à ne pas en douter, éternellement reconnaissante.

Aujourd’hui, en ce jour anniversaire, vos enfants comme vos talibés, partout dans le monde, se souviennent de vous dans la paix des cœurs et par des prières. Oui paix et prières ! Ce sont, aimiez-vous répéter, « les deux facettes qui conditionnent l’existence et la conduite du musulman qui aspire à l’Ihsaan ou bienfaisance, stade suprême de la religion musulmane ». Et en excellent pédagogue soucieux de vous faire entendre, notamment par les jeunes, vous vous évertuez à reprendre ce propos chaque fois que l’occasion vous en était offerte !

Ihsaan, mot que vous avez toujours sublimé au point de nommer trois entités que vous avez créées par ce terme : une mosquée où convergent les musulmans aux heures de prières, une fondation pour la solidarité et l’entraide et un journal qui s’appuie sur la charia et la sunnah, afin de guider les fidèles et les consolider dans la foi absolue, parachevant ainsi, une bienfaisance active et éclairée.

Très cher Père, honorable Guide! Perle majeure de la perfection soufie, vous nous avez énormément transmis : votre savoir, qui continue de rayonner à travers vos écrits, le sens de l’organisation et la discipline, marques de fabrique de vos talibés, l’humilité, la patience et bien d’autres choses encore.
Nous garderons précieusement ce legs et espérons pouvoir le perpétuer, comme vous l’avez toujours souhaité, et, évidemment, avec vos bénédictions.

Je ne puis terminer cette lettre, sans évoquer cette magnifique prière par laquelle vous aviez conclu, en août 1998, le numéro 5 du journal Ihsaan : « Fasse Allah que nous soyons parmi les connaisseurs dans la limite de nos capacités ; parmi ceux qui reconnaissent la grâce dont Il nous comble et sont conscients de Son contrôle permanent sur nous ; parmi ceux qui œuvrent en prévision de l’au–delà. » Amine !

Serigne El Hadj Mouhammedou Abdoulaye Cissé
Guide spirituel de la Dahira Moutahabbîna Fî Lâhi
Imam ratib de la Grande Mosquée Ihsaan (Saint-Louis)
Président de la Fondation Serigne Madior Cissé-Ihsaan (la Bienfaisance)

Related posts

Mansour Faye persiste et signe : l’avenue De Gaulle portera le nom de Macky Sall

Wallu Ndar

Prix du citoyen modèle : Baye Khaly, grand domou Ndar, honoré

Wallu Ndar

Pour l’amour et l’attachement à l’histoire de Saint Louis ( Par Papa Ibrahima FAYE )

Wallu Ndar

Faire un commentaire